-

mercredi 2 juillet 2014

Cet été, de nombreux classiques restaurés sur grand écran

Ils feront la joie des cinéphiles et des curieux. Cet été de nombreux grands classiques du cinéma restaurés ressortent en salle. Le public aura le choix entre Jeux interdits, Playtime, Peau d'âne, Stromboli, Sabrina, La Dolce Vita, Autopsie d'un meurtre et La Mort aux trousses. Aux côtés de ces films archiconnus, ressortent également des oeuvres tombées dans l'oubli telles que La Vieille Dame indigne, Rude journée pour la reine Sacco et Vanzetti ainsi que Metropolitan.

Image tirée du film Sabrina

mardi 24 juin 2014

Cinémathèque : rétrospective de Jean-Pierre Mocky

Sa carrière de réalisateur débute en marge de la Nouvelle Vague. Son premier film sort en 1959. Il s'agit des Dragueurs. Cinquante-cinq ans plus tard, Jean-Pierre Mocky compte plus de soixante longs métrages à son actif. Ils sont l'objet d'une rétrospective à la Cinémathèque. Celle-ci se tient jusqu'au 3 aout. Roi des bricoleurs, Jean-Pierre Mocky a fait d'un souci d'économie remarquable sa marque de fabrique. Le grotesque, la bouffonnerie, la bizarrerie et sa vision anarchiste confèrent à ses comédies un style très personnel, hilarant et iconoclaste. 

La Cinémathèque : 51, rue de Bercy. http://www.cinematheque.fr/ 


mercredi 21 mai 2014

Ilya Kabakov aux musées du Grand Palais et de Maillol

Ilya Kabakov est à l'honneur à Paris. Cet artiste russe expose jusqu'au 22 juin son "Monumenta" au Grand Palais. Sa ville utopique illustre bien l'école de l'absurde qu'il a fondée. Dans le même temps son installation la plus aboutie est visible au Musée Maillol. Il s'agit de la "cuisine communautaire", une oeuvre poétique et féroce sur la vie soviétique. Elle y sera jusqu'au 22 juillet. Le musée se trouve au 59, rue de Grenelle, à deux pas des hôtels Saint-Thomas d'Aquin, Saint Vincent et Lenox.

Musée Maillol : 01 42 22 59 58. Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 h 30 à 19 h (21 h 30 le vendredi). 

La cuisine communautaire de Kabakov.

mardi 13 mai 2014

Centre Pompidou : une icône du pop art français en lumière

Ce maître est très peu vu en France. Martial Raysse est pourtant le symbole du pop art français. Il a notamment rhabillé La Grande Odalisque d'Ingres en vert gazon en 1964. Ses tableaux mythiques restent d'une grande fraîcheur. Toutefois l'artiste n'aime pas être réduit à cette période de son oeuvre, lui qui a replongé dans la peinture maniériste dans les années 1970. Plus de 200 de ses tableaux, sculptures, films, photographies et dessins sont rassemblés au Centre Pompidou. L'exposition se tient jusqu'au 22 septembre. 

Centre Pompidou, place Georges Pompidou (4e arrondissement).


mercredi 30 avril 2014

Restaurants : les repères d'acteurs

Mêler le plaisir d'un bon repas et l'excitation de croiser un comédien ? C'est possible, avec un peu de chance. Voici les adresses fréquentées par le monde du cinéma à proximité des hôtels Saint Thomas d'Aquin, Lenox et Saint Vincent. L'Atelier de Joël Robuchon au 5, rue Montalembert, est le plus proche. Pierre Arditi en a fait sa "cantine" et s'y rend très souvent avec Evelyn Bouix. Parfois, ce n'est pas derrière la caméra que passent les acteurs mais derrière le comptoir. Ainsi, Gilles Lellouche, associé à Hugo Sélignac, Romain Dian et Addy Bakhtiar a ouvert il y a trois ans le Schmuck. L'enseigne se situe au 1 - 3, rue de Condé. Jean Dujardin y pointe parfois le bout de son nez. Daniel Auteuil quant à lui voue une passion à Casa Bini, au 36, rue Grégoire-de-Tours. Son plat préféré : les paccheri alla norma. 

Intérieur du Schmuck

mercredi 23 avril 2014

Beauté : Phyt's ouvre une enseigne rive gauche

Envie de se refaire une beauté ? La marque de naturo-esthétique Phyt's a ouvert son institut au coeur de la rive gauche. Il se situe 3, rue Bourbon-Le-Château, dans le 6e arrondissement, à deux pas des hôtels Saint Thomas d'Aquin, Saint Vincent et Lenox. Les clients y reçoivent des soins et conseils personnalisés de l'hygiène aux soins, pour le visage, le corps, les cheveux, en passant par le maquillage et les compléments alimentaires. Un savoir-faire basé sur une éthique associant écologie et naturalité pour garantir une cosmétique sur mesure. 


mercredi 16 avril 2014

Quai Branly : le tatouage dans la peau

De quoi le tatouage est-il le nom ? La prochaine exposition du Musée du Quai Branly tente de répondre à cette question. Elle se tient du 6 mai au 18 octobre. Le public peut y découvrir la culture du tatouage sous de nombreux angles : ethnologique, anthropologique, sociologique, psychologique, historique et artistique. Le phénomène est aujourd'hui démocratisé. Il devrait toucher beaucoup de monde. Mais ce n'a pas toujours était toujours le cas, loin s'en faut ! Alors qu'à son origine il joue le rôle de signe social, religieux et mystique dans les sociétés dites "primitives" de l'Orient, de l'Afrique et de l'Océanie, il est une marque d'infamie, de criminalité et d'attraction de cirque en occident. Il permet ensuite durant la première moitié du XXe siècle aux différentes tribus urbaines marginales de s'identifier. Ce n'est qu'après avoir été récupéré par la publicité, qu'il devient un ornement corporel assez communément partagé. 

Musée du Quai Branly, 3, Quai Branly, 7ème arrondissement. Ouverture mardi, mercredi et dimanche de 11 h à 19 h et le jeudi, vendredi, samedi jusqu'à 21 h.